Wellington est-elle la ville la plus agréable à vivre au monde ?

Partager :

Deutsche Bank a placé Wellington en tête de son classement des villes les plus agréables à vivre en fonction d’une multitude de critères (pouvoir d’achat, sécurité, soins de santé, coût de la vie, coût de l’immobilier, circulation, pollution et climat), et les néo-zélandais aiment l’appeler « the most beautiful little capital in the world ».  Depuis quelques années, la Nouvelle-Zélande suscite un engouement fou, beaucoup souhaitent de plus en plus venir y passer un an en PVT ou comme nous, venir y vivre avec un work visa. Largement plébiscitée par les films de Peter Jackson, qui dévoila au monde entier, sur grand écran, la splendeur de son pays natal, on entend également parlé des villes NZ comme de petits bijoux préservés. De nombreux organismes créent leur classement des villes les plus agréables à vivre, où la qualité de vie est la meilleure, en fonction de plusieurs critères socio-économiques mais aussi géographiques et prenant en compte des sondages auprès des habitants (taux de satisfaction). Wellington revient souvent, ce qui est exceptionnel pour une ville de 400 000 habitants, dont 200 000 en centre ville.

Mon homme et moi sommes tombés super amoureux de cette ville, et nous avons souhaité venir y vivre. Cependant, j’ai attendu d’être ici plusieurs mois, et pendant toutes les saisons, pour donner mon avis. Voici donc mon état des lieux, le peu de points négatifs possibles concernent plutôt la Nouvelle-Zélande en général, je les réserverai donc à un autre article plus généraliste au pays.

Donc concrètement : WELLINGTON est-elle « la plus jolie petite capitale du monde » et la ville la plus agréable à vivre ?

Je ne fais pas une étude de chiffres, mais un simple scan de mon ressenti et de mes constatations

Cuba street, Wellington

+ Wellington a la taille parfaite

200 000 habitants dans le city center, et 400 000 en comptant les zones péri-urbaines (regroupées sous le nom de Wellington Region), Wellington a, selon moi, Parisienne dégoûtée, la taille parfaite. Un peu comme Lyon, ou Florence. Il s’agit pour moi d’une taille de ville qui permet la vie, la culture, le plaisir, sans sombrer dans les mauvais aspects des trop grandes villes. Ici, les bouchons sont rares voire inexistants, ainsi que la criminalité. Les lieux de sorties sont nombreux, il y a différents quartiers aux styles marqués, on ne fait jamais la queue nulle part, les restaurants sont chargés mais il y a toujours une place de dispo. Mes réflexes de parisiennes disparaissent peu à peu pour laisser place à la sérénité.

Le centre de Wellington, et quelqu’uns des suburbs les plus proches

+ Wellington ne surexploite pas ses merveilles

On trouve quelques cafés sur la promenade du port, mais globalement, Wellington, comme la NZ en général, a fait le choix de ne pas défigurer ses beaux espaces pour le tourisme et le profit. La plage a beau être bien remplie en été, elle ne l’est pas la nuit, ni les jours frais, et personne ne vient vous embêter pour vous vendre des bricoles ou autre… Aucune baraque ne défigure le paysage. Les gens enjoy ici une super qualité de vie, qui n’a rien à voir avec la frime des plages du Sud.

 

+ La plage dans la ville

Wellington est la plus belle baie que j’ai jamais vue, et j’ai voyagé ! Son bleu a le don de guérir tous mes maux. Turquoise, transparente… Même la nuit on voit les poissons tellement l’eau est belle et propre. J’ai toujours été plus forêt que mer, mais je dois dire que je ne pourrai plus m’en passer… Boire un verre sur le port, aller kayaker après le boulot, pique-niquer sur un banc avec les buildings dans le dos et la mer devant… Il y a la plage centrale, mais aussi une flopée d’autres tout autour de la baie, plus ou moins sauvages… Cette vue me fait régulièrement dire que je vis au meilleur endroit du monde et ne cesse de m’extasier. Aucune photo ne fait justice à ça.

Plage d’Oriental Parade

 

 

+ Wellington est multiculturelle

Il y a à la base les néo-zélandais européens (Pakeha) et les Maori, mais les récentes migrations et les nombreux PVT ont apporté un visage très hétéroclite à la ville, et personne ne fait chier, car tout le monde est heureux d’être ici, et ça, ça vaut de l’or.

Bonne ambiance à Cuba Street

+ Des habitants bien dans leur peau

Dans un sondage, 85% des Wellingtoniens se sont dit très heureux dans leur ville. Le taux de satisfaction est très élevé, quelque soit la couche sociale concernée, et pour cela il fait bon vivre. Encore une fois, j’ai été très marquée par le mal-être parisien au quotidien qui s’affiche comme un tableau de visages maussades, fatigués et usés, dans les lieux publics, les jours gris, auquel on est confronté régulièrement, jusqu’à le voir dans le miroir un jour… Le mal des grandes villes étouffe. Un environnement qui respire et où chacun est responsable, ça change tout.

Karaka café, dans le centre ville

+ L’administration est super efficace et moderne

Contrairement à l’état français qui n’embauche aucun vrai pro en information & technologie et qui lance des appels d’offres imbitables dans le privé pour finalement faire faire le boulot par les plus mauvais et s’équiper en sites web et technologies qui ne tiennent par la charge, ont 10 ans de retard et mécontentent tout le monde, qui a des systèmes archaïques,  la NZ a une super équipe IT au gouvernement, et les procédures sont en ligne rapides, simples et efficaces. Bref, tu utilises le service, il est clair, super détaillé, par d’informations cachées, ça marche, on te répond VITE et tu es content. Et ce n’est pas une question de taille, ils ont simplement bien fait les choses au bon moment. La demande de visa, l’obtention d’un numéro fiscal, mon enregistrement de business, les créations d’entreprise en général, les recensements, l’imposition (à la source en passant, et c’est très bien) … tout cela très facilement et rapidement.

 

+ Une ville propre, des habitants respectueux

Les néo-zélandais sont les champions du monde de l’animal de compagnie, 68% en ont un, dont 28% un chien. Je n’ai jamais vu autant de chiens qu’ici, dans la rue, dans les jardins, et sur les plages. Et tout est impeccable. Tout le monde ramasse la chouquette, même dans le sable. Le système de poubelles est strict mais efficace : le service des éboueurs est financé par l’habitant qui va acheter des sacs spéciaux, vendus un peu partout et dont le prix est reversé aux services publics concernés. Si tes ordures ne sont pas dans ces sacs, les éboueurs te les laissent. C’est radical. Donc pas de cartons et d’ordures débordant sur les trottoirs. Le ramassage se fait une fois par semaine. Parfois, on voit des sacs plastiques ou des papiers sur les plages ou les trottoirs, cela est plus souvent dû aux vents très forts qu’il y a ici et qui peut faire voler des détritus. Après une nuit de vents très fort et de pluie, il est courant de voir des gens descendre sur les plages ramasser les plastiques et les ordures ramenées là. C’est quelque chose de très fort et marquant. Et nous aussi, on prend cette responsabilité. Quand on voit un sac plastique dans l’eau ou le sable, on descend et on va le jeter. Cela rend tout le monde heureux, et la mer s’en porte mieux.

 

+ Un fort esprit de communauté

Le voisinage n’hésite pas à se regrouper sur des groupes Facebook, il y a un gros groupe de Wellingtoniens, super pratique pour se passer des infos, poser des questions, mais aussi partager des photos juste pour le plaisir, il y a aussi des groupes pour certains suburbs. Chat perdu, portefeuille trouvé, bon plan, chaise à donner, service… ça communique très bien et c’est très utile. Je trouve le Wellingtonnien moyen bienveillant.

 

+ Wellywood is here

Sur la colline de Miramar, le quartier des studios de cinéma à Wellington

On doit surtout Wellywood à Peter Jackson, qui a tellement apporté à la ville, qu’il a été fait « Sir ». Sir Peter Jackson a donc tourné la trilogie du Seigneur des Anneaux, et du Hobbit ici en Nouvelle-Zélande, faisant profiter le monde entier des paysages stupéfiants de la NZ (et donc contribuant à une forte hausse du tourisme), mais également à Wellington, dans les studios de  WingNut Films, sa boîte de prod à la renommée internationale mais aussi et surtout WETA Workshop et WETA Digital, qui fournissent le monde en effets spéciaux et en artisanats de décor et costumes/accessoires super réputés. La visite de WETA est un must-do à Wellington.

Les premières du Seigneur des Anneaux et du Hobbit ont eu lieu ici, à Wellington, au cinémaThe Embassy, réunissant 100 000 personnes dans les rues et battant 2 fois le record du monde du plus long tapis rouge. Ces productions ont fait travailler des milliers de personnes pour les 2 plus grands films du monde (en terme de technologies et moyens), et ont achevé de faire la réputation de Wellywood.

Voir absolument les video blogs de la production du Hobbit :

 

+ La campagne à la ville

Wellington est une ville verte, très verte ! Je vis à 15 minutes en bus des buildings, et lorsque je sors de chez moi je suis dans une rue, nichée dans les collines, avec des airs de Wisteria Lane. A chaque fois que je sors de ma maison et que je vois les collines au bout de la rue je me sens super bien. Il y a beaucoup maisons, et elles ont toutes un minimum de terrain autour d’elles. Le jardin botanique est très spacieux, et de nombreux espaces ont été préservés, le plus connu est le Mont Victoria. Connu parce que des scènes du Seigneur des Anneaux y ont été tournées, il y a beaucoup de personnes qui viennent en pèlerinage. On trouve à son sommet une vue scénique de la baie. Même si pas mal de gens viennent y courir, marcher, faire du VTT, on s’y sent seul et coupé de tout, comme en forêt. C’est très vaste et on peut passer la journée sur les chemins. C’est un de mes endroits préférés, mais il y en d’autres…

Campagne à la ville, une colline de Wellington

+ Il y a plus de cafés/bars/restaurants par habitant qu’à New-York

Le  Wellington City Council a déclaré pour 2017 que la ville avait près de 850 restaurants, bars et cafés, pour 200 000 habitants. Ce qui fait 1 pour 235 personnes, contre 1 pour 340 à NY ,

Wellington a une culture de la bouffe, de la bière, du vin et surtout, du café !

+ Les transports sont efficaces

Je ne m’y attendais pas, car comme aux US, ici il y a une forte culture de la voiture. Tu ne vas pas acheter ton pain à pied. Tout le monde fait 5 à 20 min de voiture pour aller au supermarché faire ses courses. Et pourtant, le réseau de bus est pas mal. Il y a des endroits mieux placés que les autres pour bénéficier de plusieurs arrêts, mais globalement : on peut vivre à Wellington sans voiture.

 

+ L’accès à toutes sortes d’activités

Faire du kayak après le boulot, nager dans la mer le midi, faire du VTT dans la forêt et les collines, de l’escalade, du skate près la plage, apprendre à faire du bateau, avoir un bateau, l’accès à ses choses est plutôt simple et n’est pas un luxe ici. Peu de monde + les infrastructures dispo = moins de régulation, plus de facilités, plus de plaisir, plus de naturel.

Une partie du Central Business District

+ L’air est pur

Calée entre les deux îles, elles-même perdues dans le Pacifique, Wellington est la ville la plus venteuse du monde (ça fait peur dit comme ça, mais ça va !). La pluie + la quantité d’arbres fait que l’air est pur et le reste.

> Voir les stats sur la pollution de Wellington

 

+ Il se passe toujours quelque chose à Wellington

Il y a constamment un festival ou un évènement à Wellington. Le quartier du port, ou de Cuba Street est alors squatté avec défilé, concerts, stands de bouffe. C’est toujours sympa et bon esprit.

> Voir les Wellington’s events

Festival sur le port

+ Wellington est bien équipée

Shopping pour toutes les bourses, lieux de sortie alternatifs ou chic, artères commerciales, musées, hôpital, Über, bâtiments à intérêt historique, water taxis, stade, salles de concerts, bars métal, Wellington est IN et ça bouge beaucoup.

Feux d’artifice du Nouvel An à Wellington

 

Vous l’aurez compris, Wellington j’accroche vraiment. J’ai grandi en pensant que je ne pourrai jamais quitter Paris, car tout se passait « là », du moins, on nous le faisait croire. Mais ça change. Je n’aurais pas pu vivre dans une petite ville molle où il ne passe pas grand chose, et où les opportunités me semblaient limitées, bref où je me sentais à vivre ma petite routine en pantoufle, pour imager. Moi, comme mon homme, cherchions un endroit où être heureux et où construire nos projets personnels, mais pro surtout, et que ce soit passionnant, étourdissant… Nous avons trouvé notre paradis ici, ce qui n’aurait pas été forcément le cas à Auckland, qui, je pense, est déjà un peu saturée et avec son lot de désavantages de métropole (par rapport à Wellington j’entends). Nous avons aimé Wellington, nous l’aimons maintenant encore plus, et nous voulons lui apporter quelque chose, à elle en particulier.

Pour conclure, OUI : Wellington représente une sorte d’équilibre idéal, une ville pure et sympa, où tout est encore possible, un lieu qui a saisi la technologie au bon moment, pour en faire quelque chose de propre. Beaucoup s’en sont rendus compte et sont venus s’y installer ces dernières années, sentant le vent tourner chez eux ou s’ouvrant simplement au monde. Ce phénomène va être fortement réduit par le gouvernement, qui souhaite réduire l’immigration, et particulièrement en faisant chuter de 60% les délivrances de résidence. Je ne peux que conseiller de venir faire un tour ici.


Les autres récompenses de Wellington :

  • Lonely Planet’s best destination to drink beer 2017
  • One of National Geographic’s top six food cities 2017
  • The British Daily Telegraph’s second cleanest capital 2017
  • The Daily Telegraph’s second cleanest air quality 2017
  • The Guardian’s windiest city in the world 2015
  • Sixth in Rough Guide’s top ten city destinations for 2015
  • Mercer’s 12th best place in the world to live for international workers 2014
  • Lonely Planet’s fourth best city to travel in 2010

 

Parisienne à Wellington, Nouvelle-Zélande. Graphic & web designer, photographe, entrepreneuse. J’ai décidé de changer de vie et de tout plaquer pour Wellington. Je dirige plusieurs entreprises de ventes en ligne et de services web. Je suis passionnée par la réussite des small businesses, et par l’entreprise 2.0

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *