vieillir jeunesse

« Celui qui a pénétré le sens de la vie ne se donne plus de peine pour ce qui ne contribue pas à la vie ! »

Tchouang -tseu

 

Bronnie-WareBronnie Ware est une infirmière australienne qui a officié plusieurs années en soins palliatifs.

En 2013 elle a poursuivi une étude fascinante : sonder ses patients dans leurs derniers jours sur leurs regrets, afin que les plus jeunes puissent apprendre. Elle a listé les 10 regrets les plus courants.

 

 

Les « vieux », la mort, des sujets qu’on préfère éviter pour fuir ce gris qui peut entacher notre bonne humeur du jour. Pourtant, ce qui se dégage de ce qui va suivre et pour moi très lumineux. Je suis absolument contre les tabous qui concernent les vérités qu’on ne veut pas entendre pour se conforter. Et cette liste en fait parti.  Si cela vous met mal à l’aise d’avance, surtout continuez de lire  : c’est que vous en tirerez du bon.

J’ai traduit ceci des textes de Bronnie Ware.



Vous vous rappelez l’intro de « Là Haut »? 🙂


 

Les 10 regrets les plus courants des personnes mourantes

 

1.  Je n’ai pas poursuivi mes rêves et aspirations

Le regret n°1 que les gens ont sur leur lit de mort est de ne pas avoir eu le courage de poursuivre leurs rêves mais d’avoir fait ce que l’on attendait d’eux.  Quand ils regardent en arrière, ils se rappellent leurs buts et aspirations non atteints. Ils sont souvent hanté par des décisions dont résultent cette vie qui est en train de se finir.  Tant que vous avez de nombreuses années à vivre, prenez le temps de poursuivre vos rêves.  Ne les remettez pas à plus tard, un jour ce sera trop tard.

2. J’ai travaillé trop et consacré trop peu de temps à ma famille

Un dévouement excessif au travail mène une personne à passer moins de temps avec ceux qu’il aime. Des parents peuvent même rater l’évolution de leurs enfants en pensant carrière et argent. Cela est bénéfique de déterminer ce qui est vraiment important. Laissez tomber les choses qui remplissent votre vie futilement.

3. J’aurais voulu avoir plus de temps pour mes amis

Quand la santé et la jeunesse disparaissent, les gens réalisent ce qui a vraiment de la valeur. Ils découvrent que tous leurs revenus et buts atteints ne mènent à rien en fin de compte. Ce qui compte vraiment en ces derniers moments sont les personnes qui leur sont chères. A ce moment, souvent , leurs amis leur manquent.  C’est si facile de se perdre dans la routine en oubliant de prendre soin des relations. Si vous ne faites pas un effort, vous perdrez sûrement contact avec vos amis au fils des années.

4.  J’aurais dû dire « je t’aime »  plus souvent

L’importance de l’amour est bien plus évoquée sur la fin de vie. A ce moment précis, ne pas recevoir d’amour en retour du sien est très douloureux.  Cela peut être très difficile de dire à quelqu’un que vous l’aimez, surtout si vous avez peut du rejet (et cela est une peur bien plus courant en famille qu’entre amis). Mais ne pas être capable d’exprimer ces sentiments laissera un besoin insatisfait chez vous, et affectera probablement vos relations futures.  Si vous avez peur d’être blessé, rappelez-vous qu’il vaut mieux que votre amour soit su que passer le reste de votre vie à imaginer ce que ça aurait pu être.

5.  J’aurais dû dire ce que je pense vraiment plutôt que faire l’impasse sur mes émotions

Beaucoup de gens choisissent de ne pas se confronter à ceux qui les offensent, histoire de garder une certaine « civilité »… en vérité, cette attitude nourrit l’amertume, qui d’ailleurs mènent à beaucoup de déséquilibres. Nourrir l’amertume fait de vous une sorte d’estropié et vous empêche de réaliser pleinement votre vrai potentiel. Si vous voulez avoir des relations vraies, l’honnêteté et la confrontation sont nécessaires. La mauvaise conception de la confrontation la fait passer pour ce qui divise les gens. Mais si c’est fait avec gentillesse et construction, la confrontation améliore le respect entre deux personnes, et la compréhension.

6. J’aurais dû être celui qui fait le premier pas pour résoudre mes soucis

Le plus souvent, les lits de mort et les funérailles sont encore plus tristes à cause de relations brisées qui n’ont jamais été restaurées. Les relations sont ruinées quand des incompréhensions n’ont pas été mises au clair immédiatement. Cela se finit en général en une vie entière d’hostilités. Les conflits sont une part naturelles de la vie, vous ne pouvez pas les éviter… Mais vous ne devriez pas laisser la colère durer plus d’une journée.

7. J’aurais voulu avoir des enfants

En vieillissant, les gens se sentent souvent seuls et languissent de la compagnie de leurs enfants. Ceux qui n’en ont pas eu regrettent cette solitude et de n’avoir personne à qui léguer un héritage (matériel ou immatériel). Avec la vision moderne, avoir des enfants devient de plus en plus un obstacle à ses buts personnels.  Mais gardez à l’esprit que ce sont eux qui vous donneront une affection de plus en plus rare quand vous serez seul et âgé. Ils seront aussi les éléments qui vous prouveront que ça valait le coup de travailler dur.

// Note personnelle //  Je remets en question la véritable importance de ce point.  La solitude est malheureusement un fléau dont souffrent beaucoup de personnes, mais d’un autre côté, je connais des personnes âgées qui ont si bien su remplir leur vie d’amitiés et d’activités, que l’absence d’enfants n’est pas un regret. La tendance a mettre la responsabilité de son bonheur de personne âgé sur les enfants me semble quelque peu égoïste. Un peu comme ces gens qui font des enfants pour remplir une vie vide.  D’autant que de nos jours, les enfants de tous âges ont plus tendance à se fiche des personnes âgés, car rien dans nos sociétés ne leur permet de les voir tels qu’ils sont : des personnes comme vous et moi, avec un vécu. L’image du vieux qui se plaint et qui n’a rien à apporter s’est répandue comme une trainée de poudre avec les médias.  Du coup, beaucoup ont des enfants, qui ne viendront pas vraiment les voir pour de multiples raisons : foutage, irresponsabilité, mais également de plus profondes : rancoeurs, désaccords jamais réglés. Beaucoup de personnes âgées pensent qu’être en fin de vie effacent les conflits qu’ils n’ont jamais su régler.  D’où le point n° 6 je suppose.

8. J’aurais dû économiser plus pour mes retraite

Ne pas réussir son plan pour la retraite laisse les gens démunis dans leurs vieilles années. Et quand cela arrive, leurs dernières années sur Terre peuvent se montrer misérables et très difficiles. Quand vous êtes jeunes, vous ne vous rendez pas compte de la réalité de la vieillesse, mais il est important d’avoir un plan.

9. Je n’ai pas eu le courage de vivre pleinement tel que je suis

En regardant derrière eux, les gens rêvent de ce que les choses auraient pu être s’ils avaient été honnête à propos de ce qu’ils sont vraiment. Ils pensent à la détresse qu’ils se sont causé à aux et aux autres, en jouant une personne qu’ils ne sont pas vraiment. La peur d’être rejeté en se présentant tel que l’on est semble ridicule aux portes de la mort. Ces personnes auraient préféré rester elles-mêmes, malgré les rejets. Si vous n’avez pas encore le courage d’être honnête sur vous-même envers les autres, vous pouvez commencer par l’être envers vous-même.

10. Être heureux est un choix, j’aurais voulu le savoir plus tôt

Les gens réalisent peu souvent qu’ils peuvent choisir d’être heureux quelques soient les circonstances. C’est si facile de jouer les victimes de la vie. On reste dans la médiocrité car elle est familière, on prétend que « ça va » car on a trop peur d’explorer. N’ayez pas peur du changement et ne vous souciez pas de ce que les autres pensent.

La vie, avec son lot de joies et d’emmerdes, reste ce que vous en faites!