8 raisons de regarder Star Trek Discovery sur Netflix

Partager :

Repérée sur Netflix puis tentante sans trop y croire, la nouvelle série Star Trek Discovery s’est révélée franchement sympa. Elle se passe une dizaine d’années avant la série originale et introduit de nouveaux personnages, dont le principal : Michael Burnham, la demi-soeur de Spock.

Le petit synopsis : Après l’assassinat de ses parents humains, par les Klingons, Sarek adopta Michael et l’éleva en vulcaine. Elle est la première humaine à avoir reçu l’enseignement du Centre de formation vulcain de l’Académie des Sciences. Quelques années plus tard, en 2256, elle est devenue Premier Officier modèle sur le vaisseau de Starfleet, l’USS Shenzhou, sous les ordres du Capitaine Philippa Georgiou (NDLR : Michelle Yeoh!!). Lorsque le vaisseau est confronté aux Klingons, elle désobéit aux ordres de sa supérieure. Cela provoque la destruction du vaisseau et la mort de nombreux officiers, dont le Capitaine Georgiou. Michael est condamnée par la Cour martiale et exclue de Starfleet. Cependant, six mois plus tard, elle est transférée sur l’étrange vaisseau USS Discovery, tenu par le Capitaine Gabriel Lorca.

Vu de loin, rien d’extraordinaire. « Encore une exploitation de la franchise ». Pas que.
C’est pourquoi je vous propose X bonnes raisons de regarder Star Trek Discovery sur Netflix :

 

1 – Le show est innovant, tout en respectant la tradition Star Trek

Comme pour beaucoup de reprises de franchise, des puristes ont trouvé que ça sentait le mauvais réchauffé. Leur avis fait-il loi? Pas forcément. Je ne pense pas qu’il faille constamment copier les originaux. Une nouvelle interprétation est toujours bienvenue pour moi. On est en 2017 au moment de la sortie, les interprétations et enjeux des personnages ne peuvent pas être les les mêmes qu’il y a des décennies, et je pense notamment aux très jeunes personnes qui vont découvrir l’univers Star Trek cette année, il faut les toucher. Star Trek Discovery, en raison de l’époque et des moyens techniques, se compare autant aux séries qu’aux films, et je trouve qu’il se glisse parfaitement entre les deux, avec des épisodes de 50 minutes, des personnages modernisés, des effets spéciaux clean et l’ambiance intimiste propre à la série.

2- Un bon casting

Le casting peut paraître assez étrange au début (comme quoi, nous sommes bien conditionnés, voir des gens « normaux » à la TV ça fait bizarre), mais prendre tout son sens au fil des épisodes ( cf 4ème raison). Les acteurs sont très bons et donnent un coup de frais aux stéréotypes qu’on a pu voir jusque là. Il a été super plaisant de retrouver Michelle Yeoh, ainsi que Jason Isaacs, qui a bien su faire oublier son personnage de Lucius Malefoy (c’était pas gagné, il était royal). On trouve également James Frain, qui avait été un prodigieux Thomas Cromwell dans les Tudor, ici, dans le rôle de Sarek.

3- Les femmes y crèvent l’écran

ENFIN ! Ici, les nanas ont une vraie place, elles sont commandantes, amirales, premier officier, elles sont dans la même tenue règlementaires que les hommes, et elles ont un vrai rôle, ce qui changent des films où elles sont là pour se battre en mini-jupes, mettre des pains pour sauver leur mec, pleurer et se faire sauter par le capitaine. Dans Star Trek Discovery, ce changement est très flagrant et brille vraiment. La parité homme-femme est ce qu’elle devrait être, sans concession pour vendre plus. Pour la 1ère fois, je vois des personnages féminins forts sans entrer dans un quelconque cliché (d’habitude, on cherche toujours à excuser le fait qu’une femme soit forte et ait du pouvoir : elle est forcément lesbienne, connasse ambitieuse ou « villain »). Pour ça, je dis merci Star Trek Discovery ! Michelle Yeoh et Sonequa Martin-Green crèvent l’écran.

 

4- Michael Burnham, une héroïne vraie

J’ai adoré le personnage de Michael Burnham, interprété par la sublime Sonequa Martin-Green (vue dans The Walking Dead). Une des rares héroïnes black qui n’est pas là pour représenter pas une ethnie : elle est humaine, de culture vulcaine, dans une équipe pleine de diversité. Elle est canon et ce n’est jamais mis en valeur artificiellement (les gros plans sur son visage dévoilent plein de petits défauts, bref, réel quoi), ses cheveux sont courts, naturels, elle est sur le raisonnement, alors que son partenaire masculin est très pris par des émotions qu’il n’arrive pas à gérer… elle vit pour son métier. Tout l’inverse du cliché qu’on nous a donné avec Zoë Saldana dans les films.

 

5- De la diversité au menu

Le casting et les personnages ont clairement été construits pour être plus que jamais au service de la diversité : héroïne black, commandante malaisienne, couple gay, blondinet albinos, recrue rousse, frisée et bien en chair, beau gosse en proie à des tourments et sensibilités habituellement réservés aux femmes… la volonté de briser les clichés du petit et grand écran est si totale que c’en est innovant.

 

6- Les espèces E.T sont très réussies

Dans Star Trek Discovery, on voit surtout du Klingon et du Kelpien. Les deux espèces sont très réussies et fascinantes à regarder. Le language Klingon est également super bien fait. Deux personnages récurrents notamment, L’Rell (Klingon) et Saru (Kelpien) sont superbement joué par Mary Chieffo et Doug Jones. On plonge plus dans la réalité des Klingons pour comprendre leur culture et mode de pensée.

Compte Twitter de Mary Chieffo

 

7- Le générique est beau

Le générique de début est un bel hommage à l’univers Star Trek tout entier, et la soundtrack (signée Jeff russo) est parfaite :

 

8- Pas de junk érotisme

C’est connu, le sexe cru fait parti de la recette gagnante des séries en vogue. Même si ça fait toujours plaisir, parfois c’est tellement mal amené et redondant qu’on en soupire… d’ennui… Ici c’est plutôt bien géré. Et si tu n’en as pas eu assez, tiens : des scènes entre Klingon et humain ! Osé non?

Petit bonus :

un sosie de Ségolène Royal (Admiral Cornwell) qui nous a bien fait marrer :

 

Conclusion :

Star Trek Discovery se laisse regarder facilement si on est bon public (je ne le suis pas vraiment mais je ne résiste pas aux vaisseaux spatiaux). Pour moi, il représente vraiment une production nouvelle génération qui s’inscrit sincèrement dans son temps et les nouvelles valeurs qui doivent devenir systématique au cinéma/shows. Cela ne fait pas parti des séries qui m’ont mis une claque récemment (comme Altered Carbon par exemple), mais plutôt une série qui nous a fait passer de très bonnes soirées.

Actuellement sur Netflix (saison 1).

 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *