/// Un site nommé editionsjuridiquespratiques.com, utilisant un lien vers mon article, se sert de l’affaire iStatut pour dire que « Ce triste bilan accrédite le fait qu’il faut éviter les produits offerts gratuitement, rien n’est en réalité gratuit, la preuve », reprenant les faux faits avancés par M. Rezqui, le dirigeant, clamant l’arnaque à la CB…  Le fait est que iStatut était un site fabuleux, avec un superbe service de statuts très bien faits et gratuits, et que du jour au lendemain, M. Rezgui a disparu avec la trésorerie, accusant ses collègues de vol envers les clients, ce qui est faux. Aucune CB n’a été détournée, et les dires de M. Rezgui sont simplement une façon de brouiller les lecteurs. En effet, les seuls clients volés, sont ceux qui ont payé pour des services sur iStatut, dont ils n’ont jamais vu la couleur suite à la fuite de M. Rezgui. ///


 

Dernières nouvelles :

M. Akim REZGUI, dirigeant de i-statut, accuse toute son équipe d’escroquerie envers lui, et diffuse sur la page Facebook de i-statut des messages de plus en plus grotesques, accusant la Terre entière d’être contre lui, dans une attitude indigne de dirigeant. Or, le fait est que M. REZGUI parle beaucoup sur les pages de ses réseaux mais à tout simplement disparu, et ne répond plus au téléphone. Se rendra-t-il seulement aux convocations qui lui pendent au bout du nez?  Plus le temps passe, plus l’enquête avance, plus il semble que la chute d’i-Statut soit liée à une manipulation de son unique dirigeant.

Article paru dans le journal Sud-Ouest : cliquez ici

TÉMOIGNAGE d’un(e) ancien(ne) employé(e) :

« M. Rezgui a clôturé tous les contrats à durée déterminés. Je suis toujours en relation avec l’équipe bien sûr mais plus avec M. Rezgui car celui ci a disparu dans la nature depuis juillet en laissant femme et enfant, en emportant tout et surtout en reprenant la main sur tous les RS et site (contrairement à ce qu’il avance). Plusieurs plaintes sont en cours contre lui. Personne ne sait exactement où il est. Comme il n’a pas payé les factures les salariés se sont trouvés dans l’impossibilité de répondre au chat, ou au téléphone (qui ont été coupé durant août) ou encore poster les courriers… Les contenus sur les réseaux étaient assurés par une alternante par le biais de socially map. Comme il n’a pas aimé qu’elle réponde aux clients désabusés, il lui a interdit de « toucher aux réseaux » et s’en est occupé (3 sept. il me semble était le dernier post de la chargé de com. digitale)… Alors, les salariés sont en train de voir si ils peuvent mettre en place une action avec la CCI pour pouvoir au moins répondre aux clients (conseils, renvoi des dossiers, etc…). Cela ne remplace pas le fait qu’il est nécessaire de faire une action : il faudrait d’ailleurs que toutes ces personnes, soit par le biais de l’action de groupe, soit individuellement, se déclarent au tribunal de commerce! Tout le staff est désolé de cette situation. Les arrêts maladies qui ont été prononcés sont suite à une décision de la médecine du travail car nerveusement très difficile pour eux, sans compter qu’aucun d’eux n’est payé alors que M. Rezgui se permet de dépenser de l’argent pour sponsoriser ses posts diffamatoires! Je vous donnerai les news pour l’action en cours car la problématique est que personne n’a accès à des moyens de paiement (sauf M. Rezgui) pour pouvoir au moins renvoyer les dossiers. »


iStatut.com (SAS au capital de 494 118 €, fondé par Akim Rezgui) était un site d’assistance à la création d’entreprise. Très bien fait et très pratique, défini comme « ami des petits entrepreneurs », le site iStatut vous accompagnait dans les démarches, et vous permettait d’imprimer les documents nécessaires en toute simplicité… Vraiment bien fait.

J’ai moi-même utilisé ce site pour l’impression de formalités, et surtout, pour la prise en charge de la publication de d’annonce légale, ce qui m’a coûté 238,80 euros. Cher pour une publication, j’en avais conscience. Mais au vu de tout ce que le site fournissait gratuitement, j’étais reconnaissante.

Du moins, c’est ainsi que cela se passait depuis 2013, année de création de l’entreprise.

photo akim rezgui

Le responsable informatique, et le responsable juridique de la société, entourent Akim Rezgui, le président fondateur d’Istatut.© PHOTO EMILIE DELPEYRAT

 

Que s’est-il passé ?

Mon histoire est la même que beaucoup d’autres utilisateurs. Récemment, après avoir reçu mon attestation de dépôt de capital en banque, il fût temps de publier l’annonce légale qui était en attente sur iStatut. Je me connecte sur mon compte iStatut.com et un message étrange apparaît dans une pop-in :

popin istatut escroquerie

 

Aucune explication.

Je ne savais pas s’ils étaient encore en vacances (ça me semblait un peu gros…), s’il y avait un soucis avec mon compte (je ne m’étais pas connectée depuis 1 mois) ou s’ils avaient un problème technique.

J’ai tenté de joindre mon « conseiller », le service client, par mail, par téléphone, par twitter… aucune réponse.

Pourtant, le reste du site fonctionnait normalement.

ET SURTOUT : leur compte Twitter continuait de poster, et ce jusqu’au 4 septembre 2015 (celui-ci est à présent suspendu).

 

C’est en visitant la page Facebook de l’entreprise que je prends connaissance du binz :

 

istatut vol de site arnaque escroquerie

 

La dernière publication, intitulée « notre dernier communiqué de presse » nous emmène vers un PDF, où Akim Rezgui, parlant au nom de la société, explique qu’un complot fomenté en son absence (il a dû s’absenter régulièrement pour cause de parodontite chronique…)  l’a dépossédé de sa société et qu’une arnaque immense est en place.

 

Voici un copier-coller :

(télécharger le PDF original en cliquant ici)

 

iStatut : « mes actionnaires mettent ma start-up en péril ! »

Bergerac, le 04 septembre 2015 :

Depuis 2011, Akim Rezgui se démène pour faire de sa start-up iStatut une entreprise florissante. Mais le succès rencontré a semble-t-il fait tourner la tête à ses associés : détournement du CA, manipulation, intimidations, malversations, ventes à perte… le dirigeant victime d’arnaques en série en interne sort de son silence.

Les start-ups qui arrivent à faire suffisamment de chiffre pour équilibrer leurs comptes sont rares, mais elles existent, comme l’atteste la pépite iStatut. Cette entreprise lancée en 2011 est spécialisée dans l’aide à la création d’entreprises en ligne. A la fois incubateur et facilitateur administratif, le portail connait depuis sa création une ascension fulgurante. Ce succès, dû en grande partie à l’enthousiasme débordant de son dirigeant fondateur, Akim Rezgui, est toutefois en train de tourner court.

En effet, depuis quelques mois, le dirigeant déchante. Victime d’arnaques en série organisée en interne, il a finalement décidé cet été de porter plainte contre ses associés minoritaires. Que reproche donc Akim Rezgui à ses associés ? « Ils sont machiavéliques. Depuis 18 mois, petit à petit et sans que je ne m’en rende compte, ils ont orchestré mon isolement pour mieux encourager mon départ et la ruine de mon entreprise. »

Comment est-ce possible ? « Atteint d’une parodontite chronique j’ai dû à maintes reprises m’absenter de mon travail pour me soigner durant l’année 2014 et j’ai donné une procuration générale à mon directeur juridique, afin qu’il m’aide à tenir et développer l’entreprise pendant cette période douloureuse. » Cette absence « en toute confiance » a semble-t-il été mise à profit pour prendre la main sur iStatut.com.

Escroquerie au terminal de paiement, une technique redoutable

On pensait avoir tout vu en matière d’escroquerie. Eh bien, non ! L’imagination des malfaiteurs est sans limite. Une nouvelle forme d’arnaque à la carte bancaire a vu le jour. Il s’agit de basculer le terminal de paiement électronique (TPE) en « MODE TEST ». Un webmaster peut ainsi détourner le chiffre d’affaires d’un site web. La technique est imparable et est en train de créer un préjudice sans précédent chez cette start-up, amie des petits entrepreneurs. « Concrètement, c’est comme si la caissière d’un magasin remplaçait de temps à autre la machine de paiement Carte Bleue (TPE) par une autre machine reliée à un autre compte bancaire dissimulé et dont l’entreprise ne connaitrait pas l’existence. »

Une escroquerie ingénieuse en bande organisée

La plainte déposée pour escroquerie en bande organisée détaille la pression au quotidien subit par le dirigeant isolé. « Des centaines de milliers d’Euros ont été détourné des caisses avec ingéniosité. Les comptes de mon entreprise sont désormais dans le rouge, et très curieusement, des prélèvements de TVA faramineux continuent d’être débités laissant croire que l’entreprise serait fortement bénéficiaire en 2014 et 2015. Mais le bilan et les chiffres que l’on me présente indiquent tout le contraire».

Et ce n’est pas tout : Akim Rezgui s’est rendu compte après coup qu’une modification profonde des statuts de son entreprise avait été déposée en son absence. « La liste des actionnaires et la répartition du capital n’y apparaissent plus ! Le tout est relégué dans une annexe facilement remplaçable en cas de décès ou de disparition de l’actionnaire principal. » Et c’est bien évidemment sans compter les pressions au quotidien de ses associés, les mensonges à répétition, les blocages rencontrés pour récupérer la main sur les serveurs et bases de données du site iStatut, et les arrêts maladies subits de cet été de l’ensemble du personnel complice.

« A mon avis, l’objectif de toutes ces manoeuvres frauduleuses est d’amener l’entreprise en faillite pour ensuite la racheter à la barre du Tribunal de Commerce sans bourse déliée et se partager le capital entre complices. »

Un appel à témoignage et demande de soutien auprès de tous les patrons de France

Parano ce dirigeant ? Au vu des éléments tangibles, le doute n’est pas permis. « Ce qui m’arrive en ce moment a, me semble-t-il, valeur d’exemple. Je ne vais bien évidemment pas me laisser faire ! » Le dirigeant reprend peu à peu en main son destin. « L’urgence pour moi dans l’immédiat est de sauver à tout prix mon entreprise ! » Akim Rezgui veut aussi tirer le signal d’alarme pour qu’un maximum de dirigeants de start-ups ne connaissent pas le même sort. « Tous les témoignages sont les bienvenus et les aides ou conseils aussi ! »

Le 2 septembre, iStatut publiait sur sa page Facebook :

istatut arnaque

 

Evidemment, que de scandales et bien peu de sympathie de la part des clients qui ont payé 300 euros parfois plus, pour les services plus poussés.

Akim Rezgui est-il vraiment un patron en détresse ?

Je dois dire que cet étalage sur réseau social me semble bien peu professionnel, on ne lave pas ainsi son linge en public lorsqu’on dirige une société, sans s’excuser auprès de ses clients qui plus est.

Ou est-ce une scène de théâtre préparée et organisée pour nous faire croire à un (notre) argent disparu?

L’histoire décrite par M. Rezgui est si extraordinaire, qu’elle semble aussi bien « forcément inventée » que « forcément vraie ».

De toute façon, ce n’est pas notre soucis, à nous clients, de comprendre. Nous voulons juste être remboursés.

 


 

Alors, que fait-on?

 

Pour ma part, ce n’est pas la première fois que j’ai à faire à ce genre de soucis.

J’ai déjà auparavant vu mon argent « disparaître » dans une jeune start-up (le genre qui coule depuis des mois mais qui continue à engranger l’argent) et qui n’est plus capable de fournir le produit ou de rembourser ses clients.

Et oui, avec une SARL ou un SAS, la responsabilité est limitée à l’investissement que l’entrepreneur a effectué, du coup, quand  l’entreprise fait faillite, une poignée de clients peut parfois être remboursés, mais pour les autres, nada.

Les dettes accumulées par la société sont perdues pour leurs créanciers, et les associés ou actionnaires ne sont pas appelés à payer ces dettes sur leurs biens propres.

Cas particulier : Sauf si le tribunal de commerce considère qu’il y a une faute de gestion suffisamment importante, voire délibérée, pour lui permettre d’établir un lien entre la situation de la société et les décisions de gestion du gérant.

Souvent le mode de pensée suivant s’applique : « pour 300 euros, ça ne vaut pas le coup que j’aille en justice, ça va me coûter plus cher »

C’est exactement sur cette attitude que comptent les plus grands escrocs. En effet 300 euros x 1000 personnes qui pensent ainsi ça rapporte.

Il faut agir en groupe, via une association de consommateurs qui gérera les démarches. Cela peut être gratuit ou à très faible coût.

 

Vous avez été victime d’iStatut?

MAJ : La liquidation de la société iStatut ayant été prononcée, les caisses de la société étant vides et M. Rezgui, dirigeant, ayant disparu, vous ne pouvez qu’engager des poursuites en votre nom, et notifier l’argent que vous doit la société iStatut du Tribunal de Commerce de Bergerac (à privilégier pour toutes vos demandes de renseignements), et au Procureur de la République de Bergerac.

Les chances de revoir votre argent sont quasi inexistantes. C’est malheureusement ce qui arrive quand un dirigeant disparait avec la trésorerie.