Enfin! Je le voyais venir, je savais que ça arriverait, en fait, je l’attendais. Elle sortira en novembre 2015.

Vous êtes en train de lire une personne qui se gave de biographies versaillaises en tous genres depuis l’âge de ses 13 ans. Après toutes ces années, Louis XIV c’est un peu comme un tonton sacré.

Après les Tudor, les Borgia, séries très réussies pour les deux, je me disais bien que Versailles allait y passer.

Forcément, j’ai peur. Ma représentation personnelle étant nourrie des descriptions de Max Gallo, Michel de Decker, Saint-Simon, la princesse Palatine et j’en passe, j’ai beaucoup de mal avec les interprétations fantasmées. (La comédie musicale le Roi Soleil m’a fait vomir).

Cependant, consciente des nécessités scénaristiques, je ne pense pas manquer d’ouverture. Au premier abord dans Tudor, je me suis dit qu’ils avaient déconné sur les beaux gosses d’acteurs et les nanas au fond de teint Make Up Forever HD parfait. Mais le scénario, le talent des acteurs (un visage n’est pas le même en plein jeu, qu’en photo) et finalement la diversité des physiques et corps qui nous sont montrés, ont eu raison de mes préjugés. De plus la trame historique était absolument haletante et passionnante. Les détails inventés pour la série ne l’ont en rien gâché. Il faut simplement faire la part des choses.

Je l’avoue, oui, quand j’ai vu la première image, j’ai flippé :

serie canal versailles

 

Pas pour l’acteur Georges Blagden, que j’avais à peine reconnu, et qui représente plutôt bien l’idéal de beauté de l’époque (rappelons tout de même que s’il était plutôt bel homme dans sa jeunesse, Louis a vite très mal vieilli, et avait un trou dans palais qui lui faisait recracher les liquides bus par le nez! Mhhh…). Georges Blagden….  Grantaire dans les Misérables, mais on s’en fout, c’est surtout dans le rôle du moine Athelstan dans Vikings qu’il a brillé. Superbe. J’espérais justement, après visionnage de Vikings, qu’il arriverait du grand pour ce jeune homme.

Pour en revenir aux réticences, c’est toujours cette problématique du physique féminin qui pose soucis. Prisonnière de tyrannie de l’image des standards actuels, qu’on ressasse depuis 15 ans, l’incarnation de la femme à l’écran reste toujours la même, si bien que lorsqu’une actrice a des sourcils naturels, on a comme une bouffée de liberté. Triste. J’ai l’impression de voir 3 clones sur cette photo. J’espère vraiment que la qualité de la réalisation et du scénario vont me faire oublier ça.

Je crois que j’ai dû voir  absolument tous les films français et étrangers traitant de l’environnement de Louis XIV. Le plus beau, marquant, réaliste est sans conteste  « L’Allée du Roi » de Nina Companeez (qui nous a quitté en avril 2015, RIP). A mes yeux, aucun ne traduit cette époque avec autant de justesse.

Souvent les productions tombent dans 2 pièges : exagérer le côté glamour de l’époque (robes, libertinage, aisselles luisantes et maillots parfaits, fleurs et champagnes, ambiances ensoleillées, lumières plates…) ou accentuer le côté dégueulasse de l’époque (faces blanches et mouches énormes, chaises percées qui puent, gros dégueulasses qui attendent à chaque coin de couloir pour détrousser des soubrettes, maladies vénériennes, ambiances froides, images crues et low key…).

J’ai trouvé que seul « L’Allée du Roi » se rapprochait du juste, avec un subtil équilibre dans l’ambiance (on passe de la chaleur des jeunes années, à la froideur de la vieillesse, un Versailles qui se métamorphose avec la métamorphose du Roi) et un choix d’acteurs quasi parfait. Didier Sandre en Louis XIV, un homme qu’on peut dire beau, qui fascine par son charisme et qui énerve par sa pédance. Dominique Blanc en Mme de Maintenon, une femme qui vient du bas de Paris, ni belle ni laide, parfois belle, parfois laide, qui dégage surtout une intelligence qui attachera le Roi. Puis ma préférée, Valentine Varela  en Mme de Monstespan, que j’aime appeler Mme Soleil, belle, intelligente, scandaleuse dans son attitude, vénéneuse, furie… Les trois sont de grands comédiens qui jouent à la perfection ce théâtre vivant qu’était Versailles.

 

Extrait de l’Allée du Roi de Nina Companeez

J’ai été justement surprise de voir le nom de Dominique Blanc au casting de la série Versailles à venir. Elle interprétera Anne d’Autriche, la mère de Louis. Je sais qu’elle sera parfaite.


Versailles raconte, dans sa première saison de dix épisodes, comment et pourquoi le jeune Louis XIV, âgé de 28 ans, décida de faire construire le plus beau château d’Europe. Tournée entre août et février pour la modique somme de 27 millions d’euros, cette coproduction est internationale (Canal+, Capa Drama, Zodiak et les Canadiens de Incendo).

serie versailles canal louis

La série Versailles, qui a mis cinq ans à voir le jour, tant les incertitudes financières ont pesé, représente aujourd’hui «le modèle que la fiction française doit développer». C’est à dire une coproduction obligatoirement internationale car la diffusion restreinte à notre territoire ne suffit pas financièrement. Pour résumer, les séries américaines se suffisent à elles-même vu l’ampleur du territoire. Bugdet, rentrées d’argent, tout est big.  L’export représente un plus. Chez nous, en France c’est le contraire. C’est d’ailleurs pourquoi nous nous tapons Plus belle la vie ! des séries 100% FR plus affligeantes les unes que les autres.

Tournée dans le vrai château de Versailles (merci !), il aura fallu 269 collaborateurs, 34 couturières, 400 costumes agrémentés de 10 000 boutons et 60 kilos de dorure.

george blagden versailles louis serie show canal

« Pour Louis, Versailles était une question de survie, analyse David Wolstencroft l’un des créateurs. Il n’était qu’un jeune roi et, fin communicant, il s’est transformé en véritable marque grâce à la diffusion de son image et à son palais ».

Mhhh, une base de scénario plus qu’intéressante, non?

« On ne sait pas ce qu’il faisait, une fois seul dans sa chambre, s’amuse Anne Thomopoulos, productrice qui a travaillé sur Rome, une référence de la série historique. Il faut oser créer des événements qui n’ont pas existé pour donner plus de sens à ceux qui ont vraiment eu lieu ».

Sans imagination (bien guidée), ce ne serait plus une série mais un documentaire.

 

« Le titre c’est « Versailles » et pas « Louis XIV », on peut aller jusqu’à la Révolution ! », nous dit Wolstencroft.

On lui souhaite !


Versailles sera diffusée à partir de fin novembre sur Canal + au moment du 300e anniversaire de la mort de Louis XIV. Aucun feu vert n’a encore été donné pour une éventuelle saison 2.

  • Création : Simon Mirren et David Wolstencroft
  • Réalisation : Jalil Lespert, Cristoph Screwe, Thomas Vincent et Daniel Roby
  • Acteurs principaux :George Blagden (Louis XIV), Alexander Vlahos (Monsieur, le frère du Roi), Dominique Blanc (Anne d’Autriche)

Vous trouverez des informations et photos de tournage très sympathiques ici :

http://lesfreresversailles.tumblr.com/

serie versailles canal georges athelstan


Petite bibliographie en attendant

(que du chouette à lire, promis !)


Un autre film, du genre low key 😉 , mais vraiment intéressant historiquement (l’enfance triste de Louis XIV est souvent ignorée). Le seul d’ailleurs qui a osé montrer que le très jeune Louis s’est fait dépucelé par Cateau la Borgnesse (glam non?), payée par la Reine mère pour déniaiser le futur Roi.